jaleesa-surfgirl-surf-3

Jaleesa Vincent : surf, art & punkrock

Posted: June 19, 2018 by Clémentine

Elle joue dans un groupe de punk, aime la bière, l’art et envoyer des carves puissants.

Élégante et radicale, Jaleesa Vincent,19 ans a un petit quelque chose entre Steph Gilmore et Oscar Wright, deux de ses sources d’inspiration. Elle surfe en combi patte d’éph’ (si c’est pas trop cool ça!) et est batteuse dans un groupe de punk. Entre soularch bottom turns et déchiquetage de lèvre à chaque roller, elle affiche un répertoire complet, qui l’a d’ailleurs placée aux côtés de Noa Deane, Creed McTaggart, Beau Foster, Ellis Erickson, Shaun Manners, Jake Vincent (son grand frère) et Toby Cregan dans le film Rage 2. 

Jaleesa a grandi sur la Sunshine Coast, qui abrite à la fois de longs pointsbreaks et des beachbreaks pêchus. Les longs murs qui déroulent lui ont permis de construire un surf ample et sur le rail, alors que vagues plus rapides ont affiné le côté agressif de son répertoire. Ce ne sont pas seulement l’imprévisibilité et la polyvalence de son surf qui en font un personnage rafraîchissant de la scène du surf féminin, mais l’ensemble de son univers, entre animations, peintures et percussions.

Devenir une star d’Instagram ne l’intéresse pas plus que de montrer plus de peau qu’il n’en faut. Après avoir porté le lycra un temps, elle s’est vite rendue compte que la compétition n’était pas son truc, et à décidé de s’adonner à un surf sur divers supports, à l’art et à la musique avec son groupe de punk Skreech.

Il est certain que lorsque l’on pense au surf féminin, des noms comme Stephanie Gilmore et Tyler Wright sont les premiers qui nous viennent à l’esprit. Mais une surfeuse comme Jaleesa pourrait ouvrir la voie à la prochaine génération de surfeuses qui se contrefoutent des selfies ou de suivre le Tour. Le surf, et notamment le surf féminin a besoin de plus de culture, plus de musiciens, plus d’artistes, plus de “Jaleesa”.

Lorsqu’on lui demande ce qu’elle pense de l’état actuel du surf féminin, elle répond: “Les filles sont vraiment en train de progresser! Elles chargent, collent des airs et des carves énormes. Mais, il y a aussi ce côté bizarre, surtout sur Instagram, avec toutes ces filles qui se prennent en photo en bikini et qui se font passer pour des surfeuses pros. Je ne pense pas que le surf se résume à ça et j’espère vraiment pouvoir inspirer les plus jeunes à ne pas faire ça. “

Découvrir des surfeuses comme Jaleesa, qui ne vendent rien et ne se construisent pas un personnage de toute pièce pour gagner leur place sur le podium futile de la Insta-Fame, est vraiment de bon augure pour le surf féminin. 

Source & photos : Article complet sur STAB ici.

No Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published.