Les 10 raisons pour lesquelles le surf peut rendre l’humanité meilleure

Posted: September 10, 2013 by Clémentine


Après un weekend ponctué de vagues parfaites et de pics déserts, je suis tombée sur cet article écrit par Zack Weisberg le fondateur du site “The Inertia”: “10 bonnes raisons pour lesquelles le surf améliore l’humanité”. 

Bon, dit comme ça, ça paraît un peu idéaliste, on est d’accord. Des sessions, j’en ai tous les jours si c’est possible, soit presque 365 par an. C’est un chiffre à peu près équivalent au nombre de gros c** que je croise dans l’eau en un an. 

Alors “le surf rend l’humain meilleur”, merci mais au bout de la troisième taxe, je n’y crois plus trop. C’est vrai, avec la surpopulation à l’eau, on se sent un peu comme dans le métro: bousculés, poussés à l’intérieur, grognons, mal à l’aise, gênés par toute cette foule, le joueur d’accordéon un peu bourré au fond du wagon en moins. 

Cependant après lecture de l’article, je me dis que ce cher Zach n’a pas complètement tord. Même si la plupart des surfeurs d’aujourd’hui ont un esprit plus tourné “consommation” vis à vis du surf, je pense (et j’espère secrètement), que le surf apporte à ses pratiquants un peu plus d’ouverture d’esprit sur le monde.

Voici donc les 10 principales raisons retenues par Zach Weisberg:

Grâce au surf …

1. Vous serez plus attentifs à la planète, car vous la comprendrez mieux. Bah oui, les surfeurs s’intéressent (normalement) aux marées, à l’heure de lever du soleil, à l’heure de coucher du soleil, pour pouvoir se jeter à l’eau avant/après le boulot. Et aussi, aux courants, à la formation des bancs de sables, à la nature, aux dunes, à la qualité de l’eau, aux oiseaux, bref, à tout ce qui les entourent. (J’ai bien précisé “normalement”).

2. Vous serez plus heureux. On se dépense physiquement, on prend le soleil, on est dehors. Loin de nous la grisaille et l’ambiance morose des villes. Zach précise que 18 millions d’américains souffrent de dépression saisonnière. Quand on sait que les français sont les plus gros consommateurs d’anti-dépresseurs, on se dit que ça pourrait aussi nous aider…

3. Vous serez en meilleure santé. Qui dit surf dit activité physique, et une activité quand même plus fun que de descendre “un arrêt de bus avant”, ou de “prendre l’escalier au lieu de l’ascenseur” (dixit Biba, ELLE, Be, et autres magazines), non? Il ne vous restera plus qu’à manger cinq fruits et légumes par jour et hop, vous serez un citoyen (presque) modèle. Youpi!

4. Vous serez plus “flexibles”. Surfer, c’est évoluer dans un environnement en perpétuel mouvement. Il ne suffit pas de faire la bouée au line-up si l’on veut prendre des vagues mais bien se déplacer, observer, s’adapter. Un peu comme dans la vraie vie quoi, si on reste assis à ne rien faire, rien ne se passe. 

5. Vous serez malades à cause de la pollution. Pas besoin d’être un génie pour comprendre que quand on balance son paquet de Macdo par dessus la vitre de sa voiture, il risque de finir dans l’océan. Et pourtant… En allant à l’eau, vous vous apercevrez peut-être plus facilement des conséquences de vos actes inciviles. En allant à la plage aussi me direz-vous…  Une chose est sûre, si vous surfez, vous comprendrez vite que se jeter à l’eau après un gros orage à Biarritz est assez risqué, sauf si vous aimez traîner avec vos copains les staphylocoques dorés, les escherichia coli et autres rejets de stations d’épuration. 

6. Vous serez humbles. Alors ça, ce n’est pas toujours vérifié! Mais il est vrai que celui qui fait les gros bras et qui se met toujours plus à l’intérieur se fera certainement calmer par le gros set du jour qui décale. Et en prendra un coup à l’égo. Encore faut-il aller sur des spots à la hauteur de son “ouhaouha “(autrement dit de sa grande bouche), ce qui est rarement le cas… 

7. Vous apprendrez le sens de “communauté”. Ici encore, je doute. L’image des surfeurs, cette grande famille, me semble aujourd’hui un peu effacée. Pourtant, surfer c’est connaître un ensemble de codes implicites, transmis de “surfeur expérimenté à surfeur débutant”, qui démontrent l’appartenance à cette communauté. Un simple bonjour, ou au moins un signe de tête, même microscopique, montre que l’on est un membre de la communauté, ou au moins qu’on est sympa et poli. Allez les gars, encore un effort.

8. Vous deviendrez plus patients. Nous n’avons aucun contrôle sur l’océan, et quand la mer ne nous veut pas, rien ne sert de s’énerver. Le calme plat, le vent qui tourne, le pic qui décale sans cesse, la marée encore trop haute. Quand on surfe, on doit parfois s’armer de patience, et en profiter pour faire du social sur le parking par exemple. 

9. Vous découvrirez une nouvelle forme de spiritualité. Pour ce neuvième point, je vous accorde qu’il faut un peu d’ouverture d’esprit. Zach Weisberg cite le musicien et surfer Jim White, extrait de l’ouvrage West of Jesus, la nouvelle de Steven Kotler. “Vous prenez une vague à l’apogée de sa vie, au moment même où elle s’apprête à accomplir sa destinée, et vous la chevauchez jusqu’à ce qu’elle l’ai accomplie. C’est ce qui se passe quand on surfe: une danse mortuaire partagée”.

10. Vous tisserez des liens d’amitié inattendus. En combinaison, cheveux mouillés et yeux rougis, difficile de définir le statut social d’une personne. Ce peut être un banquier, comme la fille du boulanger, ou un artiste déjanté. Un sourire, quelques mots échangés, et après plusieurs sessions partagées vous vous retrouvez au beau milieu d’un concert de Death Metal avec votre pote le surfeur sympa que vous voyez à chaque session sur votre spot préféré. L’océan ne connait pas de frontières. 

Pour lire l’article original, c’est par ici: http://www.theinertia.com/surf/10-reasons-surfing-improves-humanity/

2 Comments

  • Karine Lucas September 12, 2013 at 3:49 pm

    C'est joliment dit, merci. Il ne reste plus qu'à sourire au coucher de soleil…

    Reply
  • missyfruit September 16, 2013 at 2:21 pm

    Tout à fait! Merci de me lire. A bientôt!

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published.