Final Day Roxy Pro

Posted: October 17, 2015 by Clémentine

Le Roxy pro s’est achevé durant la journée de jeudi, dans des vagues qui avaient fortement grossi. 


Les quart et demies finales se sont déroulées dans des conditions plutôt compliquées, avec une marée descendante et une tendance a fermer. C’est finalement Tyler Wright qui l’a emporté face à l’hawaienne Tatiana Weston Webb. Bravo !
Il s’en est passé des choses pendant cette compétition. Gros swell, flat, airs stratosphériques et froid de canard, voilà ce qu’on retiendra :
* La première finale sur le Tour de “Tati”: Tatiana Weston Webb n’est pas là pour rigoler. Depuis son arrivée au sein de l’élite mondiale, elle envoi du lourd à Fiji comme à Hossegor, élimine les filles du top 3 comme Carissa Moore et fait tout ça en micro maillot de bain s’il vous plait. Maman Webb, (ex championne de bodyboard qui surfait le Pipe enceinte de Tatiana) était sur le sable et d’un soutient sans faille.
Tatiana Weston Webb, 19 ans // photo: Pascal Amuse La Galerie (merci!)
* La nonchalance de Tyler Wright : Après une saison avec des hauts et des bas, la surfeuse la plus “core” du Tour est revenu en forme, et a remporté une fois encore l’épreuve française. Tyler est un phénomène à part entière, une sorte de je-m’en-foutiste en boots Caterpillar et sweat, anti selfie, qui maitrise le tube et les carves. Une surfeuse authentique, qui dénote et remue le côté lisse du surf féminin.
Tyler Wright a trouvé un tube durant la finale // photo: WSL/Poullenot
* Le retour de Gilmore : Stéphanie Gilmore, quintuple championne du monde, a fait son retour à la compétition en France, après une pause forcée pour cause de blessure. En forme, mais pas au top, on a eu plaisir à retrouver son style gracieux et fluide, et son sourire.
Gilmore de retour, et toujours tout sourire // photo:WSL/Scholtz
* Les spectateurs : Le public en France c’est tout une histoire. Entre les filles topless (elles n’étaient pas nombreuses cette année) et les réactions de la foule à chaque move engagé, les spectateurs du Quiksilver et du Roxy Pro sont à fond et cela fascine toujours les athlètes.
Cette année encore, ce sont des dizaines de personnes qui se sont retrouvées sur la plage, picnic et glacières remplies de bières comme au tour de France, joint qui tourne comme au lycée, et fans hystériques qui poursuivent les surfeurs comme à Hollywood.
Le public // photo:WSL/Poullenot
* La houle : L’étape française a été, comme d’habitude, bien servie en vagues. Après 10 jours de flat, la houle est arrivée comme par magie avec l’ouverture de la waiting period. Propres et puissantes, les conditions ont été fidèles à la réputation des bancs de sables français : gnarly et un peu carton histoire d’assurer le show.
Des vagues consistantes // photo:WSL/Poullenot
* Ceux qui n’ont rien compris : il y en a toujours, et cette année plus que d’habitude, ils ont été forts, très fort. Entre le surfeur qui s’est mit à l’eau pendant une série, et ceux qui ont installé leur campement sur les dunes, juste derrière les panneaux “passage interdit”, on a eu du gros niveau …
Des gens qui ne savent apparemment pas lire // photo: Missyfruit
* Les pros qui galèrent : Les Landes sont connues pour leurs vagues puissantes et parfaites, autant que pour leurs bancs de sables capricieux. Quand le surfeur lambda a une session durant laquelle il rame 99,9% du temps, il se dit qu’il devrait arrêter le surf, et se mettre à la pétanque. Voir les pros lutter, ramer à contre courant, se faire décaler, ramasser les séries a été bon pour le moral des surfeurs moyens que nous sommes (exemple de Tatiana bloquée au bord pendant dix bonnes minutes avant de remonter au peak).
Tatiana est restée bloquée 10 minutes au bord pendant sa demie-finale // photo: WSL/Poullenot
* Le thermomètre : Octobre signe généralement le début de l’automne en France. Matinée fraîches et après-midi à 28°C, on ne savait plus sur quel pied danser. Heureusement Roxy avait tout prévu, et on a pu découvrir la nouvelle collection grâce à Rosy Hodge, la reporter et commentatrice de choc, un coup en doudoune-bonnet, un coup en tee-shirt.
Fresh morning avec Rosy
Maintenant direction Hawaï, avec le Maui Pro, qui débutera d’ici un mois pour les surfeuses, puisque l’épreuve du Portugal a été avancée cette année avant le Roxy Pro.

No Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published.