Surfeurs VS mini wild

Posted: October 20, 2013 by Clémentine

Certaines sessions sont différentes des autres, celle-ci en fait partie.

Nous étions 3 ce matin-là à prendre la route pour cette session qui, nous ne le savions pas encore, devait s’avérer plus marquante que d’autres : Drona, Le Yéti et moi-même.
A peine descendus de la voiture un pigeon le poitrail sanguinolent et éventré, s’abat dans le fourré près duquel notre voiture était garée. Drona en véritable homme de la nature bondit sur le gallinacé et tente de lui briser la nuque avec ses mains, puis à coup de chaussures, marquant ses semelles blanches de gouttelettes rouges pour le reste de la journée. Peu de temps après, l’animal reprend ses esprits et agite vainement ses petites pattes en l’air. Le Yéti finira d’abréger ses souffrances en lui écrasant littéralement le crâne d’un coup de pierre.
Nous chargeons notre matériel et nous nous mettons en route sous les coups de fusils des chasseurs tout proches, pour la petite marche qui doit nous permettre de rallier le spot. Après quelques mètres, le chemin se fait de plus en plus étroit, et il faut évoluer sur une pente parfois raide, en faisant attention de ne pas glisser dans la boue et en évitant soigneusement les ronces qui ne demandent qu’à vous laisser une belle emprunte sur les bras et les jambes. Nous devons même céder le passage à un serpent, peut-être n’est-il pas venimeux, mais personne parmi nous n’a envie de l’apprendre à ses dépens.

Le spot se laisse enfin apercevoir, une petite baie bordée de falaises grises et menaçantes, en face de la vague une nature verte et luxuriante où nous marchions quelques minutes plus tôt.
Les vagues sont  petites mais jolies. Au moment où nous nous jetons à l’eau, un grondement sourd se fait entendre : un bout de falaise est en train de tomber dans l’océan.
Ce qui marqua cette session, ce n’est pas le surf, qui ne fut pas fameux ce jour-là, mais toute l’atmosphère qui a entouré ce moment. Et je ne vous parle pas de « Joe le crouteux » qui nous a ensuite servi nos bières et à manger… Comment dire, il y avait un peu de protéine en plus dans nos plats ce jour-là !

No Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published.