Cold water, le guide pour survivre au froid

Posted: January 10, 2019 by Clémentine

Et oui ca y est, la springsuit est définitivement rangée au placard, pour laisser place à la bonne vieille 5/4/3 qui nous fait ressembler à de petits pingouins mal agiles sur leur planche. Entre démotivation et orteils gelés, il y a mille et une raison de ne pas aller à l’eau en hiver. Et pourtant, des line-up plus tranquilles vous attendent, et de jolies sessions se profilent, même par 10 degrés. Allez, on y va?

Rule n°1

Investir dans du bon néoprène : c’est le B-A BA. Une bonne combinaison et des chaussons qui sont chauds et agréables à porter, sinon on ne tient pas plus de 30 minutes à l’eau et on fini avec les doigts gelés. Si le Père Noël ne vous a pas apporté l’équipement adéquat sous le sapin, les soldes ont débuté hier, c’est donc le moment idéal pour vous procurer une bonne combi. Tant qu’à faire autant investir dans des produits plus respectueux de l’environnement, avec les gammes développées par Patagonia avec le Yulex, Picture avec sa combi 100% neoprène free ou encore Vissla et ses Eco seas.

 

Rule n°2

La bonne board. C’est comme pour la combinaison, avec une board non adaptée, c’est la session galère garantie. Cette règle est valable tout le temps, et d’autant plus en hiver : avec quelques kilos en plus (à cause du néoprène uniquement si vous avez été raisonnables, ou à cause du combo vin chaud/raclette/chocolat/épaisseur de néoprène si vous vous êtes laissés tenter), on a vite fait de se retrouver un peu sous l’eau sur une planche trop légère et de galérer à démarrer ou accélérer à la rame. A contrario sur une planche trop volumineuse, vous aurez quelques surprises dans les vagues plus pêchues amenées par les longs swells hivernaux. Adaptation donc…

 

Rule n°3

Le bon spot. Une évidence me direz-vous, mais qui ne s’est jamais retrouvé un peu en galère sur un beachbreak qui sature alors que ce n’était pas sensé être gros? Analyser les conditions un peu plus finement qu’à son habitude peut vous sauver la mise, surtout si vous vous aventurez dans un nouvel endroit, et surtout observer 20 bonnes minutes avant de courir comme un(e) possédé(e) sur la plage. Le choix du spot est aussi crucial en hiver car le temps nous est compté avec les journées plus courtes, et on aura plus difficilement le temps de faire la tournée générale des spots si on s’est planté.

 

Rule n°4

L’acolyte. Surfer tout seul dans de l’eau chaude alors qu’on a juste son maillot à enfiler, honnêtement même la personne la moins motivée du monde le fait sans trop se poser de questions. Quand il s’agit de mettre sa 5/3 encore humide, ses chaussons, éventuellement sa cagoule + ses gants par 10 degrés dehors, pour aller se jeter dans une eau à 12 degrés et ramasser de gros paquets sur la tête, un petit coup de pouce venant de l’extérieur n’est pas de trop. Un(e) pote motivé(e), qui recherche les même sensations que vous et la mise à l’eau n’en sera que facilitée, parce que vous ne pourrez pas lui dire “oai non la je sais pas je crois que j’ai un peu froid en fait je vais aller regarder Netflix” une fois que vous aurez fait 30 minutes de route.

 

Rule n°5

Se préparer un after-surf sympa. Ooooh oui vous savez bien où je veux en venir : la bouteille d’eau chaude que vous oubliez à chaque fois et qui vous fait tant envie quand votre voisin de parking se réchauffe les mains alors que ça fait 15 minutes que vous essayez d’ouvrir ce putain de Keypod qui s’est encore grippé. Le petit tapis pour poser ses pieds quand on se change au lieu de finir de les transformer en glaçons, le pantalon facile à enfiler quand vous galérez avec votre slim, la grosse veste moelleuse qu’on enfile en un clin d’oeil quand vous vous dandinez pour mettre ce pull qui gratte. Oui, ce sont des petits détails mais ils changent la vie de surfeur de conditions froides. Parole de bretonne. 😉

photo : @billabong.eu

 

Rules n°6

L’after after-surf. Vous êtes plutôt chocolat chaud ou bière ? Peu importe du moment que ça vous fait chaud au coeur. Il parait qu’une session de surf en hiver nous fait dépenser entre 300* et 600 calories par heure. La gauffre chocolat supplément chantilly ne sera pas de trop, promis. Moi j’opte pour une part de tarte au citron maison et un thé vert 😉

Sur ce, bonne session froide !

*source : https://blog.surf-prevention.com/2014/10/14/sport-surf-sup-calories/
Crédit photo entête : Chris Burkard

No Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *