Le front pad

Posted: November 15, 2018 by Clémentine

Simple effet de mode ou réelle utilité? Depuis quelques mois le front pad fait son grand retour. Certains adeptes ne l’ont jamais quitté, d’autres se sont laissés tenter plus récemment. Nous avons donc testé pour vous cet accessoire qui procure ce petit effet “extra-grip”, et touché du bout des orteils ce doux rêve d’envoyer des alley-oop stratosphériques sans en perdre sa board.

Vers la fin des années 80, début 90, le surf devenant de plus en plus aérien, et inspirés par le skateboard, Christian Fletcher ou Damien Hardman (ex CT surfeur), avant lui avaient été tentés par le front pad. Même après avoir prouvé son efficacité s’en suivit une période de désert total, où seule la wax avait sa place, hormis pour quelques (rares) aficionados du front grip.

Quelques années plus tard, le surf n’est plus aérien mais astronomique : envoyer un alley-oop est devenu un basique que les kids de dix ans maitrisent easy, et le front pad refait surface. Noa Deane, Dion Agus et autres surfeurs au répertoire “above the lip” remettent au goût du jour cet accessoire qu’on croyait appartenir au passé.

Aujourd’hui, c’est le grand retour chez les aérialistes ; ceux qui décollent des airs reverse full rotation, et autres figures aériennes comme vous faites un roller. Simple phénomène de mode ou bien y a-t-il un réel intérêt à rajouter un peu de mousse sous votre pied avant? Missyfruit à mené l’enquête pour vous!

 

Le crash test par Yéti : un front pad oui, du surf en maillot non!

L’objet : un bout de mousse en corduroy ou autre matériau de ce type, à coller sur sa planche à l’endroit du pied avant. Une fois installé, ça donne un petit côté à la fois core et rétro à ma board, et je ne suis pas mécontent d’avoir un peu pimpé mon surf, tant les éléments pour customiser sa planche sont rares. Autrement dit, depuis le nose guard et les ailerons amovibles…rien.

Le premier avantage qui me frappe, est que je peux mettre ma board sans housse dans la voiture sans craindre que la wax fonde et détruise mes sièges (only a surfer knows the feeling d’une bonne caisse pourrie par la wax). J’ajouterais tout de même un peu de wax entre le front pad et le “back pad”, mais seulement deux fois en 3 mois de test. C’est une maigre économie de wax quand on sait qu’il faut tout de même se délester d’environ 40€ supplémentaire pour ce front pad. Je ne crois pas avoir déjà waxé pour une telle somme sur chacune de mes boards, je vais peut être donc continuer à taxer de la wax sur les parkings!

C’est l’été lors du test… mais j’oublie vite le surf en maillot. La rumeur dit que certains y arriveraient, mais moi j’ai plus une peau de bébé anglais que de caîman. Ainsi, j’ai eu le plaisir de découvrir les joies du ponçage de torse: ça ne m’a pas irrité, ça m’a carrément brûlé! En revanche, avec un tee-shirt, ça passe très bien.

Très honnêtement, pour tout ce qui concerne le carving, ça ne change rien du tout :

amateurs de grands virages, passez votre chemin.

Ce qui me surprend d’abord, c’est cette sensation bizarre d’être un peu plus au dessus de l’eau que d’habitude. Certains en perdraient leurs repères, en ce qui me concerne, je trouve qu’on s’y habitue plutôt vite. Très honnêtement, pour tout ce qui concerne le carving, ça ne change rien du tout : amateurs de grands virages, passez votre chemin. En revanche, si vous avez l’habitude de beaucoup bouger les pieds sur votre board, ça déstabilise énormément… Et ouais, ça agrippe plus. Quelques sessions plus tard ce n’est plus un problème, et j’ai observé un effet un peu plus sticky, sur certains rollers, floaters (oui, ça existe encore des gars qui passent les sections en floaters et pas dans les airs) durant lesquels la planche suit alors mieux le mouvement. Certaines fin de manoeuvre un peu “raccroc” sont rattrapées. C’était sans doute ce qu’appréciait Damien Hardman.

En revanche, pour les airs et autres ollies, on sent véritablement une aide, un “petit plus” dans la phase de décollage. Je tente de préciser ma pensée: cela donne l’impression que la board va plus naturellement suivre le mouvement du pied avant. Il y a aussi cet effet un peu plus doux lorsque l’on replaque (ce n’est pas un matelas non plus). Cependant soyons honnête, si cela m’a aidé à décoller, cela n’a pas augmenter mon taux de “replaque”. Un mauvais aérialiste, reste mauvais, même avec un front pad, ce qui fut mon cas, malgré mes illusions!

Photo floue mais air replaqué. Grâce au front pad ?

 

Autre effet notable, après avoir passé 3 mois à essayer de décoller sur la plupart des vagues, il n’y a pas cet énorme cratère habituel (juste un cratère de taille moyenne) à l’emplacement du pied avant, et ma board est franchement moins abîmée que d’habitude.

Comme toute bonne came, en quelques sessions vous vous demanderez comment vous aviez fait sans!

Pour un non aérialiste, le front pad vous aidera à mieux conduire certaines manoeuvres et votre board s’abîmera moins vite, restera propre, vous évitera la wax sous le bras, et sur les sièges de votre caisse (prouvé par le Yéti en 2018). Pour les énervés du décollage, il y a un vrai avantage à coller ce bout de mousse à votre future board. Comme toute bonne came, en quelques sessions vous vous demanderez comment vous aviez fait sans!

 

Une sélection de front pads dispos sur la toile et dans tout bon surf shop qui se respecte

  1. Amazon, Front Traction Pad, dispo sur Amazon mais non livrable en France
  2. Lunasurf Alien 6 pièces
  3. Octopus front pad corduroyII
  4. Modom, Full deck blue swirl
  5. Creatures tail pad front deck black white stripes
  6. Astrodeck front pad
  7. Zombie tread Harry Bryant
  8. Channel Island front pad

Photo : Missyfruit et Yoann Segalen

No Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published.