Portrait de Lee-Ann Curren

Entre Biarritz, le Brésil et la Californie, Lee-Ann fait son petit bout de chemin. Surfeuse talentueuse mais discrète, engagée tant sur les vagues que dans la vie, la jeune fille est aussi musicienne à ses heures perdues. Portrait en quelques mots…

Lee-Ann
Missyfruit : Bonjour Lee-Ann, comment vas-tu ?
Lee-Ann Curren : Bonjour. Ça va bien. Je suis de retour à la maison donc c’est cool.


Modèles
Missyfruit : Tu dois avoir plein de modèles dans le surf, qui sont-ils ?
Lee-Ann : Tout d’abord je dirais Ozzy Wright. Et puis mon père évidemment, et aussi Sally Fitzgibbons.

Passions
Missyfruit : Quelles sont tes passions hormis le surf ?
Lee-Ann : Je fais de la musique, du montage vidéo et j’aime aussi passer du temps avec mes amis.

Destinations préférées
Missyfruit : Tes destinations préférées ?
Lee-Ann : L’Indonésie, Bali en particulier, les Mentawai.

Entrainement
Missyfruit : Comment te prépares-tu physiquement pour les compétitions ?
Lee-Ann : Hors saison je fais du footing, du renforcement musculaire (abdos, exercices avec ballon). Pendant les compétitions je fais principalement du stretching de façon à ménager mes muscles et à ne pas fatiguer mon corps qui est déjà très sollicité.

Techniques « anti-peur »
Missyfruit : Comment contrôles-tu ta peur lorsque les conditions sont impressionnantes ?
Lee-Ann : Je crois que la clé est de bien respirer : se concentrer sur son souffle, se détendre. Il en faut pas penser à sa peur, mais se concentrer sur la vague, sur ce qu’on fait. Et aussi savoir débrancher le cerveau !

Crédits photos: leeanncurren.blogspot.com

Projet
Missyfruit : Tu as créé l’association Surf and Hope, peux-tu nous en dire plus ?
Lee-Ann : C’est une association que j’ai créée avec Andre Silva et qui a pour but d’aider les enfants des favelas, au Brésil, en leur faisant découvrir le surf. Le but est qu’à travers le sport, ils découvrent un autre mode de vie, différent de l’ambiance parfois violente dans laquelle ils vivent. Nous avons débuté à Titanzinho, une favela située près de Fortaleza dans l’Etat de Ceara au Nord du pays, et nous espérons pouvoir étendre notre action à d’autres zones.

Missyfruit : Vous avez également réalisé un film intitulé « Titan Kids », qui parle des jeunes de Titanzinho. Malgré des images montrant une pauvreté et des personnes démunies, l’espoir semble palpable. Quel est le but de ce film ?
Lee-Ann : Montrer aux gens que le surf peut-être une issue, et qu’il existe d’autres choses que la vie dans la favela. Par ailleurs les projections du film nous rapportent des fonds que nous utilisons pour aider l’école de surf locale, et pour construire des infrastructures pour les enfants qui n’ont pas toujours de quoi se loger décemment. Nous essayons donc de vendre le film, et de le faire connaître au maximum.

Missyfruit : Tu comptes poursuivre ton action avec Surf and Hope ?
Lee-Ann : Bien sûr. Quiksilver Foundation nous a aidé financièrement, ainsi que de nombreux surfeurs pro qui ont vendu leur boards et nous ont reversé les gains dans leur intégralité. Nous sommes soutenus et ça fait plaisir.

Pire expérience
Missyfruit: Quelle a été ta plus mauvaise expérience en surf ?
Lee-Ann : En Indonésie, sur le spot de Greenbush. J’ai perdu ma planche et je retournais au bord pour la chercher, quand un bateau est arrivé droit sur moi, poussé par les vagues. Il dérivait complètement. Les gens sur le bateau sont tombés à l’eau, et j’ai vraiment eu très peur, pour moi mais surtout pour ces gens. Heureusement il y a eu plus de peur que de mal, et personne n’a été blessé.

Top 5 musique du moment
Lee-Ann : The game, Camille, TLC, Winston McAnnuff, Kybz Kartel.

Merci Lee-Ann à très bientôt !

 

Interview réalisée par Missyfruit pour www.surf-report.com en juin 2011.

One thought on “Portrait de Lee-Ann Curren

  • ça gère!!!

Leave a Reply